Serge Sifferlen, un administrateur à 120% dans la vie

Mis à jour le 22/06/2021

« La MSA a un rôle essentiel tout au long de notre carrière, et ce, jusqu’à la fin de notre vie ». Apprenez-en davantage sur Serge Sifferlen, membre du 3e collège du canton de Soultz/Mulhouse.

Comment vous décririez-vous ?

Je suis une personne qui est à 120% dans la vie et avant tout un grand passionné de la montagne. J’aime mon métier de fermier-aubergiste qui est très prenant et possède de multiples facettes. Comme un sculpteur de paysage, avec nos troupeaux, nous entretenons les espaces, afin de maintenir une activité économique sur le territoire. 


Que représente la MSA pour vous ? 

C’est un organisme qui nous accompagne tout au long de notre vie, plus on avance en âge, plus on se rend compte du rôle important qu’a la MSA. Dans le monde agricole, on y est très sensible et très attaché. Dès lors qu’on est confronté à un problème de santé, on se rend vite compte du rôle essentiel d’un organisme de santé. Il s’agit finalement, d’un vrai partenaire de vie, de notre quotidien. 


Pourquoi avoir postulé comme administrateur ? 

Il était essentiel pour moi, en tant que fermier aubergiste, de représenter cette profession qui est un peu atypique et peu répandue dans le monde agricole. En effet, ce métier représente non seulement les paysans, mais également les personnes qui transforment, valorisent le produit à travers la restauration et l’accueil des personnes au sein même de la ferme.


Avec votre nouveau rôle, quelles sont les missions et valeurs qui vous tiennent à cœur  ?

La MSA a un rôle essentiel tout au long de notre carrière, et ce, jusqu’à la fin de notre vie et je crois qu’il est important de faire passer ce message aux jeunes générations qui arrivent. Je pense également qu’il est important de garder un œil ouvert et réceptif à ce qui se passe. 

En tant qu’employeur, un des points qui me tient à cœur, c’est la prévention au travail. La réussite de l’entreprise passe à travers l’engagement et le bien-être des employés. Un deuxième point qui me tient très à cœur, c’est la défense de nos droits et plus particulièrement ceux de nos aînés. Notre génération a vu nos parents prendre la retraite agricole, avec une retraite peu convenable, cela reste un cheval de bataille pour ma part.  

 

Un mot pour finir ?

Faire connaître, trouver un espace de discussion, faire avancer les choses en mettant en place une relation de confiance. Tous ensemble, nous représentons le monde agricole, chacun doit être le moteur et l’interlocuteur des questions que l’on peut se poser dans la vie quotidienne. Avec ce mandat, cela me permettra de découvrir les multiples facettes de la MSA et de comprendre davantage ses rouages.